Aucun engagement, seulement quelques garanties !

Lors de la réunion de conciliation organisée en réponse au préavis de grève du 17 août, une divergence de vues fondamentale avec la direction sur les problèmes des congés des accompagnateurs de train s’est à nouveau manifestée.

A l’unanimité des agents, la proposition de la direction (15% en juillet 2020) est rejetée.
Le SIC a fait une concession en demandant que, pendant les vacances de Noël, un calendrier modifié soit suivi, laissant plus de place aux congés, et qu’à partir de février, les congés soient accordés à 15% du cadre prévu. Cette proposition n’a pas été acceptée par la direction.

De plus, les discussions ont montré que l’objectif des 15% reste un objectif qui, selon la direction, sera atteint dans la plupart des cas sans toutefois offrir de garanties fermes.
Cette garantie est essentielle pour nous car elle rassure le personnel de tous les dépôts.

Le cadre papillon qui a été proposé par le SIC à la direction pour pouvoir respecter ces 15%, suite à une grève précédente, est déjà une concession considérable car nous ne sommes pas favorables à la flexibilité que l’on attend de ces personnes.
Pour notre organisation, un certain nombre de conditions sont donc attachées à cette idée.
Il doit s’agir d’un cadre supplémentaire aligné en plus du contingent norma, sur une base purement volontaire et moyennant une redevance supplémentaire substantielle qui serait attractive et compenserait les désagréments.
Un certain nombre de certitudes doivent également être fixées pour ce cadre, telles qu’une limitation de la distance à laquelle elles peuvent être déployées, une préférence pour les services tôts ou tardifs et un nombre connu de jours de repos.

La direction a déclaré que, dans ces conditions, de nombreux recrutements supplémentaires seraient nécessaires. Toutefois, ce cadre est une condition nécessaire pour pouvoir garantir les 15 % de congés, même dans les plus petits dépôts. Le fait que nos conditions pour ce cadre papillon aient été jugées trop restrictives par la direction montre aussi clairement les contours dans lesquels s’organisent les groupes de travail organisés avec les organiations reconnues sur ce sujet. La méfiance envers ces groupes de travail semble donc justifiée.

Bien que la réunion se soit déroulée de manière sereine et constructive, nous en sommes encore à un point où une grève est inévitable. Après tout, la direction ne veut pas fournir une main-d’œuvre qui garantisse des congés dans tous les dépôts pour 15 % du cadre prévu.

Pour rappel, lors de la toute première réunion de concertation, il avait été précisé à plusieurs reprises par la direction de la SNCB qu’il n’y avait aucun problème de budget !!!!

Bien entendu, il faut du personnel supplémentaire, en plus des recrutements actuels, pour mettre au point un système viable qui puisse garantir les congés dans tous les dépôts (y compris les plus petits) à tout moment. Un tel cadre permet également de déployer davantage de personnel à bord des trains, ce qui améliore à la fois la qualité du service et la sécurité.

Lors de l’action précédente, selon nos propres calculs, moins de la moitié des trains étaient en service, et cela était dû au déploiement massif de personnel d’encadrement, ce qui était un signal très puissant.
La direction en est consciente et s’est efforcée de minimiser ce chiffre en incluant dans ses comptages  » officiels  » des trains circulant « à vide », non accessibles aux voyageurs.

La garantie exigée de 15% des congés est un combat légitime, nous comptons donc sur votre soutien massif.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.