AUDITION DE LA CEO SNCB SUR L’AVENIR DE LA SNCB

COMMISSION INFRASTRUCTURE DU 18/10/2017

Sophie Dutordoir, Administrateur délégué de la SNCB, a présenté en Commission Infrastructure sa vision quant au futur proche de la SNCB.

Lors de son audition du 18/10/17 au Parlement, Mme Dutordoir a réitéré son souhait de transformer la SNCB en prestataire de services performant et en employeur attrayant comme Bpost et Proximus.
Le transport ferroviaire occupe une place centrale dans la mobilité, mais ne représente que 8% des déplacements domicile travail, et c’est insuffisant pour assurer une mobilité durable.
Mme Dutordoir reconnait le professionnalisme et la motivation des agents qu’elle a rencontrés, mais pour répondre aux attentes des usagers et se positionner comme opérateur de référence face aux échéances européennes, il faut créer une nouvelle culture d’entreprise, dans l’intérêt de l’entreprise elle-même mais aussi de la collectivité.

Une hiérarchie trop forte et déconnectée, des processus trop lourds, un manque de communication transversale et de collaboration, une culture de l’écrit qui prime sur le dialogue, un manque de remise en question et de responsabilisation, des outils et applications informatiques obsolètes, des priorités et des objectifs mal définis et des dépenses inutiles, ont fait passer au second plan l’objectif essentiel de la société, assurer la mobilité des usagers et des biens.

Les mauvais choix qui ont été opérés; filialisations à outrance, dépenses architecturales de prestiges pèsent toujours sur les coûts d’exploitation actuels, aux dépens d’une structure d’accueil confortable et standardisée et freinent les investissements en matière de sécurité et d’achat de matériel roulant adapté.

Pourtant le transport ferroviaire est sûr, compétitif et laisse une faible empreinte écologique.
La CEO ne demande pas de moyens supplémentaires, mais dans le contexte actuel, à l’horizon 2020 il faudra avoir réalisé 300 millions d’économie suite à la réduction des dotations. Jusque fin 2018, les effectifs devraient être stabilisés à 18.000 équivalents temps plein. Après 2018, le personnel devrait être réduit de 2 à 2,5 %.

Seuls les nouveaux projets présentant un avantage pour les clients ou l’entreprise seront mis en œuvre pour éviter les gaspillages genre « Dice » ou « Mds ». La SNCB « désinvestit » dans le projet « Blue Bike », et le processus des achats devrait être amélioré.
Des contacts ont été pris avec les sociétés de transport régionales et les réseaux limitrophes afin d’optimaliser les correspondances et complémentarités.

Une collaboration très étroite avec Infrabel est indispensable, notamment pour limiter l’impact financier de la massification des travaux.

NDLR : la vision d’ensemble de madame Dutordoir semble a priori intéressante; mais après une analyse approfondie, on ne constate pas une réelle volonté de réduire les différents centres décisionnels qui sont un réel frein à une bonne gestion. Par contre, la réduction de personnel se poursuivra pour une nouvelle période de 5 ans (voir graphique ci-dessous). De 2014, à 2022, la SNCB aura ainsi dégraissé 20 % de son personnel.

D’autre part, l’administrateur délégué met en avant les services performants de Bpost et de Proximus à prendre en exemple.

Petit rappel de la situation des deux entreprises :

  • Proximus : la société est devenue une spécialiste de l’externalisation de ses services et de l’emploi des ingénieurs indiens. Elle a également poussé vers la sortie plus de 1000 travailleurs via un plan de prépension.
  • Bpost : l’entreprise n’embauche plus de statutaires depuis 2000 et a créé en 2010 un service low-cost et corvéable à merci (création d’un nouveau barème – le barème DA pour les facteurs – salaire linéaire sur toute la carrière, heures supplémentaires non payées, surcharge de travail, etc.).

Aujourd’hui, Bpost et Proximus sont proches de la privation avec l’extinction programmée des statutaires, à la grande satisfaction du Gouvernement!
On peut se demander si la CEO de la SNCB ne serait pas tentée de suivre ces deux modèles de « pré-privatisation »?

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.